03 février 2007

Ferroviaire

Belle lumière aujourd'hui - donc matériel photo en bandoulière et départ en vespa pour... nulle part en particulier, juste prendre des photos. Pas bien loin, finalement : juste au nord de la gare de l'Est (et d'ailleurs à l'est de la gare du Nord), là où les rails se mélangent à la ville. Rue Lafayette, rue de l'Aqueduc, rue Louis Blanc, rue Philippe de Girard... Des coins qu'on traverse parfois, où l'on s'arrête rarement.


Les voies de la gare de l'Est et le pont du boulevard de la Chapelle vus de la rue Louis Blanc, cet après-midi, 15h30.

Puis, parti vers le Père Lachaise photographier le buste d'un peintre académique du siècle dernier, casé entre un président de la Troisième République et un grand homme de la Deuxième. Je vous en reparlerai.

Plus ça va, plus j'aime photographier. C'est sûrement signe de quelque chose mais je ne sais pas de quoi.

Le Plume vous salue bien.

2 commentaires:

sel a dit…

J'aime beaucoup cet enchevêtrement de voies. Ce qui est marrant, c'est que, comme tu dis, si j'étais passée devant, j'aurai sans doute pas trouvé ça particulièrement joli (enfin, joli, c'est peut-être pas el meilleur terme non plus). Mais c'est sans doute là un des "objectifs" (ahah) de la photographie : faire voir ce qu'on n'aurait pas vu?

En tous cas, oui, ça veut p-e dire quelque chose...Bon, et si moi, j'ai la soudaine lubie d'en faire, des photos, ça veut dire quoi, alors?

Le Plume a dit…

Le besoin de transformer ce qu'on voit en une image que les autres peuvent voir, sans doute. Pour moi ce serait plutôt ça que l'idée de fixer des instants, je crois.

Ou alors (mais ça revient peut-être en même) transformer le regard en une "activité".