05 juin 2007

Dans les collines

Bergame, je vous en avait déjà parlé : le lieu où l'horizontalité absolue de la plaine du Pô vient rencontrer les contreforts des Alpes - et ce, dans la même ville : vastes avenues de la ville basse ou ruelles étroites de la ville haute.

Et si on monte encore un peu, par un petit funiculaire, on peut aller déguster une pâtisserie en regardant les toits de Bergame et les collines alentours. Un peu comme les collines de Toscane, elles procurent une profonde sensation de civilisation, au meilleur sens du terme. L'idée que l'homme y est à l'œuvre depuis des millénaires et qu'il n'est pas si mauvais que ça, finalement, l'homme.


Bergame, juillet 2005.

Je sais : ces derniers jours, mes entrées ressemblent un peu à une pile de prospectus d'agences de voyages qui traîneraient sur une table basse. Mais voilà, la semaine dernière a été un peu rude ; je me considère donc comme convalescent. Et pour ça, les prospectus, c'est l'idéal !

Le Plume vous salue bien.

2 commentaires:

civetta a dit…

j'ai une super amie et collegue là -bas! (qui y enseigne mais habite Milan)

Le Plume a dit…

l'est pas mal logée, l'université de Bergame, plusieurs bâtiments dans la Città alta, dont un sur la piazza vecchia...

Pour l'histoire des techniques à Paris 1, notre contact italien, c'est Padova. Moins chic, mais plus près de Venise...