12 décembre 2006

Au tournant

Les tournants de la vie, il y en a qu'on rate, d'autres qu'on arrive à négocier. Souvent, on s'en rend compte après coup, d'ailleurs. Mais, parfois, on est obligé d'anticiper un peu...

Exemple : faut-il franchir le pas et tenter de faire de l'histoire mon métier ? Il faudra bien que je réponde à cette question, sachant que si je dois faire ce choix, c'est maintenant, pas dans un futur plus ou moins distant. Sachant aussi qu'il y a un coût, forcément. Et que même si j'essaye, je suis loin d'être certain d'y parvenir.


Route du cap de Bonne-Espérance, Afrique du Sud, février 1997.

Une remarque concernant la photo : contrairement à ce qu'on pourrait croire, il ne s'agit pas du prochain virage, mais du virage précédent - on roule à gauche en Afrique du Sud. Au fond, il doit s'agir de Simonstown, sur False Bay.

Bien sûr, ça ne change rien au problème, sinon en ce que mes vagues compétences en géographie ne seraient pas de trop si je décidais de passer l'agrégation !

Le Plume vous salue bien.

1 commentaire:

sel a dit…

"vagues connaissances en géographie". ben voyons. (bon, en même temps, le jury risque d'être plus exigeant que les joueurs de monlégionnaire, c'est sûr)

J'aime bien la photo, même si finalement, elle n'illustre pas si bien que cela la note : dans ton cas, tu as deux voies possibles, c'est bien ça? Ici, il n'y en a qu'une, que tu peux au choix planter ou réussir.

(évidemment, qu'on n'est jamais sûr de réussir, la bonne blague. Je suis même sûre que sinon, la voie en question serait bien moins attrayante)

Bon courage, en tous cas : une fois le choix fait, ce sera le bon. Point.