25 juin 2006

En les liens

Étant libre maintenant de choisir mes lectures comme je veux, je me replonge dans une biographie (*) de l'officier et conventionnel Thomas-Augustin Gasparin (**) - ou de Gasparin, suivant l'époque - achetée il y a pas mal de temps déja chez un bouquiniste. J'y découvre par exemple qu'en novembre 1776, lors de son voyage à Rome, il est frappé par l'« expression du Moïse de Michel-Ange. » C'est vrai qu'elle est frappante, cette expression de neutralité absole, le regard tourné sans curiosité vers la porte d'entrée. Une placidité indéfinissable, un peu comme le sourire que vous savez.


Statue de Moïse par Michel-Ange, Rome, église San Pietro in Vincoli, cliché de février 2001.

Sur le parvis de la Facoltà di Ingenieria, on ne fait que passer. La cour intérieure, protégée du vacarme de la via Eudossiana, est bien plus propice à l'attente, fût-elle moins sereine que celle du vieux Moïse.

Le Plume vous salue bien.

(*) Rose Barral-Mazoyer, Officier de l'armée royale et conventionnel, Thomas Augustin de Gasparin, Marseille, éditions Jeanne Laffitte, 1982.

(**) Orange, 27 février 1754 - même ville, 11 novembre 1793. Je tente de décrocher en douceur de l'abus des notes de bas de page.

4 commentaires:

tarmine a dit…

ta culture n'a d'égale que la mienne inculture!
mais le sourire figé de moïse n'est t'il pas du à la crispation du modéle style :"il a bientot fini, le michou, parceque moi, j'ai une petite envie de pisser qui me prend à la gorge!" ;)

apple fruit a dit…

jolie photo
bonjour ici
:-)

Le Plume a dit…

tarmine: la culture, la confiture, tout ça... Mais ton hypothèse me semble assez plausible!

pomme fruit: merci, content de te voir par ici!

sel a dit…

Voui, faut la trouver, cette église...j'ai eu une sacré surprise, en y découvrant le Moïse (ben vi, j'avais oublié qu'il était là, bon, ça va). Mais de Michel-Ange, selon moi, rien ne vaut la pietà....