16 juin 2006

Fin fructidor, début messidor

Derniers jours de fructidor, bientôt messidor. Déjà, sur l'avenue de France, les blés poussent dru sur leurs plaques d'aggloméré ; la moisson s'approche.


Avenue de France cet après-midi. Ne me demandez pas pourquoi.

Dans la série des caprices onéreux, on annonce tambour battant le début des travaux pour « rendre son caractère maritime » au Mont Saint-Michel. On doit pouvoir trouver plus idiot, comme projet, mais pas beaucoup. Pourquoi pas rendre leur caractère maritime à Brouage, Aigues-Mortes..? Et le bassin parisien, il était couvert par la mer aussi, tant qu'à faire. Le plus grotesque étant qu'on arrive à mettre ça au compte de je ne sais quel environnementalisme, alors qu'il n'y a rien de plus naturel que l'ensablement d'une baie. Ça m'énerve, ça m'énerve...

Allez, je retourne à mes métrés d'architecte de l'an II. Bon, toisés, techniquement, mais c'est pareil.

Le Plume vous salue bien.

3 commentaires:

Flivo a dit…

On pourrait aussi noyer le marais vendéen, déboiser les landes de Gascogne, réintroduire le loup dans les Monts d'Arrée, brûler les sorcières, investir Ségolène Royal...

Le Plume a dit…

Exactement. J'avais pensé à l'exemple du marais vendéen, mais celui des Landes est encore mieux.

Le loup, il faut le réintroduire dans un de ses habitats traditionnels: le mont Martre.

Sappholfaire a dit…

Les loups sont entrés dans Paris.

Pour les Mont d'Arrée, on commencera par les hormones de croissances. Quoiqu'ils soient toujours embrumés, les sommets sont de hauteur limitée...