10 avril 2007

Prospection

Parti en promenade pour aller voir un de mes hauts fourneaux ainsi que les dépôts de minerais associés. Enfin, je veux dire : un haut fourneau qui a produit de l'artillerie pour la marine au XVIIIe siècle. C'est à la limite entre Charente et Dordogne, comme souvent ; sur la rivière Nizonne, qui marque la limite des deux départements.

Au sortir du (tout petit) village, La vieille forge, discothèque : vérification faite*, c'est bien mon haut-fourneau. C'est fermé, évidemment. Du coup je me replie sur le dépôt de minerai ou travaillaient en 1794 une trentaine de personnes (j'ai les noms). Le toponyme repéré sur une carte, il faut trouver moyen d'y accéder, sans râcler trop le bas de caisse sur le milieu du chemin... et terminer à pied, à travers les débardages toujours en cours des bois abattus par la tempête de 1999.


Le Cluzeau, forêt de la Mothe-Clédou, Combiers (Charente).

Et au bout : l'étang. Avec sa retenue en pierre de taille de belle facture - au milieu de rien. Une bicoque en ruine, au bout de la levée - un moulin, certainement, mais quel genre de moulin, c'est difficile à dire. Des morceaux de minerai de fer un peu partout, rouge vif - c'est bien mon dépôt de minerai.

Beaucoup plus surprenant : un peu plus bas, des scories vitrifiées ou laiteuses, traces de transformation du minerai en métal - ça, je ne m'attendais pas à en trouver là. De deux choses l'une : soit on les y a amenées, ce qui serait surprenant vu la configuration du lieu, soit on les a faites sur place et il y avait un atelier métallurgique dans le coin.

La connaissance progresse. En plus, j'ai réussi à rejoindre la tuture avant qu'il commence à pleuvoir.

Le Plume vous salue bien.

* Grâce à l'inventaire du patrimoine industriel de Charente, bien sûr.

3 commentaires:

Petit et Mechant a dit…

Tu as des objectifs de promenades qui sont absoluments extraodinaires. Les ballades en foret avec toi doivent être passionnantes.
Je ne vois pas en quoi il serait si surprenant toutefois que la transformation de la matière première ai eu lieu directement à coté du point d'extraction.

Le Plume a dit…

passionnantes, je ne sais pas, mais c'est vrai que ça donne des buts de promenade originaux.

Mais ça peut se solder par dix minutres dans une rue de village à dire "tiens, ça devait être par là, bon, il y a marqué défense d'entrer, tant pis, on s'en va"!

La question du lieu de transformation: tout dépend comment on transforme. Un haut fourneau est une structure en maçonnerie relativement lourde et qui laisse des traces; je n'en ai pas vu sur place. Le bas fourneau est une structure plus périssable; mais les propriétaires de ces bois étaient aussi propriétaires des hauts fourneaux du village: je vois mal pourquoi ils auraient fait (ou fait faire) de la réduction directe au bas fourneau alors que leur haut fourneau à 2km de là avait besoin de minerai... Et difficile que ça ait été fait en douce vu que c'est un coin parfaitement visible des fenêtres de leur manoir voisin!

Mystère et boule de gomme donc.

Anonyme a dit…

FORESTAS AURELIEN
Bjr,
Je me rents jeudi prochain sur ces lieux, ma famille s'y etait etabli et on travaillé dans la forge du Cluzeau.
Je recherche des informations.
Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante;
forestasaurelien@hotmail.fr