14 mai 2006

Nature ?

Chaque époque a ses mots-clés : il y a cinquante ans, pour vendre, il fallait s'intituler « moderne » ou invoquer le progrès ; aujourd'hui, mieux vaut être, au choix, « traditionnel » ou « naturel ». On est pour l'homéopathie parce que c'est plus naturel, contre les OGM parce que ce n'est pas naturel... Et bien entendu, personne ne se demande ce que c'est, au juste, la nature.


L'étang médian de Coat-an-Noz, Belle-Isle-en-Terre (Côtes d'Armor), avril 2006.

Prenez cet étang, par exemple. La brume descend doucement vers l'eau, ainsi que les branches alourdies par la pluie des chataigners, des érables et, au fond, des épicéas. Pas d'autre bruit que celui de la cascade : c'est la nature.

Évidemment, rien là dedans qui ne soit dû à l'homme, si ce n'est la pluie et la brume. Pour le reste : l'épicéa est une importation récente en Bretagne, pratique pour un reboisement rapide des versants ombragés ; l'érable sycomore, qui pullule comme la mauvaise herbe dans la région, nous arrive d'Amérique du Nord. Quant au chataigner, il semblerait que ce soit les Romains qui l'aient apporté dans nos régions - tout comme la carpe qu'on pourrait pêcher dans ce genre d'étang. L'étang lui même est causé par une levée de pierre et de terre qui barre cette vallée encaissée, datant sans doute du XVIIIe siècle. Et pourquoi l'avoir construite ? Pour faire joli ? Pas du tout - pour la même raison qu'on a constitué de toute pièce ce vaste plan d'eau sur lequel les visiteurs du Huelgoat tout proche sont invités à faire du pédalo. Pour de l'argent. Je veux dire, l'extraction et le raffinage du plomb argentifère - j'en ai déjà parlé.

On pourrait en faire autant sur bon nombre de sites « naturels ». Pour rester dans les étangs, il n'y en a pas tant que ça en France à être d'origine naturel ; c'est la main de l'homme qui les a établis, soit pour l'énergie hydraulique, soit pour la pisciculture - la carpe, justement. Les forêts ? Elles sont exploitées par l'homme depuis des siècles. Et les grands arbres y étaient une rareté au Moyen-Âge, au point qu'un chroniqueur de Saint-Denis crie au miracle que l'on trouve un fût assez beau pour donner la maîtresse poutre de la nouvelle abbatiale. Les prairies ? Une mode tardive - lorsque les progrès de l'agronomie, très vite secondée par la chimie, ont permis de s'affranchir de la « dictature du blé » et de consacrer de plus en plus de terres fertiles à l'élevage. L'élevage, justement ? Toutes les races « traditionnelles » de vache, de chevaux, de chiens, de poules... sont issues d'efforts volontaires de la part des éleveurs pour produire, par une sélection extrêmement stricte des reproducteurs, les variétés répondant à leurs besoins.

Il faut s'y faire, il n'y a pas grand chose qui mérite le qualificatif de « naturel » dans nos contrées, si l'on entend par là des éléments indépendents de la volonté humaine. Mais après tout, est-ce si terrible que ça, la volonté humaine ?

Le Plume vous salue bien.

5 commentaires:

Dannie a dit…

C'est tout de même surprenant que la soif de prospérité de l'homme ait pu créer un aussi beau paysage... Mais pendant combien de temps encore restera-t-il intact, si le regard de l'homme «moderne» y détecte une source de richesse potentielle?

Le Plume a dit…

l'homme contemporain fera ce que ces prédécesseurs on fait: il le transformera. Au reste, c'est déjà fait: un déversoir a été ajouté sur la levée, à l'opposé du déversoir ancien.

Note que dans ces régions qui ne jurent plus que par le tourisme "vert", on a plutôt le problème opposé: faire accepter que les paysages aient une histoire industrielle. C'est particulièrement vrai au Huelgoat, lieu d'une des plus grandes mines d'argent de France à la même époque.

sel a dit…

C'est marrant, je viens de voir un film dont un passage traite de ce thème...Avec exactement la même conclusion.

Le Plume a dit…

sûrement un très bon film alors ;-)

Christen a dit…

et donc qu'est-ce qu'on fait? l'homme a commencé a détruire cet monde il y a des années, mais le question reste de qu'est-ce qu'on fait maintenant pour sauver notre petit planète?