20 juillet 2006

kilomètre 540 : Varaignes (Dordogne)

Et voici le but du voyage : l'université d'été de la route des tonneaux et des canons. La route des tonneaux et des canons ? L'axe commercial qui du Périgord et du Limousin rejoint l'Atlantique par le fleuve Charente, apportant entre autre au port de Rochefort ses canons et aux distilleries du Cognaçais leurs tonneaux - d'où le nom. Un prof de math à la retraite originaire de Varaignes (ou de Hautefaye, je ne sais plus) avait lancé une association pour promouvoir études et animations sur ce thème ; j'étais rentré en contact avec eux par son successeur à la présidence de l'association, qui était jusqu'à une date récente directeur de la communication à la DCN équipement naval (la raison sociale actuelle de la fonderie de Ruelle). Je leur avais proposé de présenter mes travaux à l'occasion de cette manifestation, ce qu'ils avaient accepté avec enthousiasme. Agréable de parler de choses qui vous intéressent à un public qui s'y intéresse, et tant mieux si ce public n'est pas celui des amphithéatres universitaires.

Quinze juillet, c'est le moment de rejoindre le lieu de la conférence. Le barman de l'hôtel m'avait recommandé d'ignorer les panneaux de déviation concernant la route que je souhaitais emprunter ; il avait raison - cet hôtel ne pouvait avoir tort sur tout. Petites routes entre champs de blé et chataîgneraies. Les bourgs sont le long des routes, les villages souvent un peu à l'écart. Arrivée dans les temps pour l'ouverture de la conférence, sur le coup de dix heure ; exposé des membres locaux le matin, des chercheurs invités l'après-midi. Entre les deux, vin d'honneur et inauguration d'une plaque au « Lud'eau vive » voisin - je vous en avais parlé. Après ça, gueuleton champêtre pour 60 personnes sous les arbres, au bord de l'eau.


Varaignes, 15 juillet 2006, 13h.

L'après-midi, la digestion pèse un peu, la chaleur dans la salle des fêtes également. Malgré tout, mon exposé se passe très bien ; de nombreuses questions à la fin montrent que le public ne s'était pas endormi, ce qui est une performance en soi dans ces conditions. Je n'ai bien sûr pas suivi le texte que j'avais soigneusement préparé - plutôt une impro autour de ma présentation powerpoint. Les jolis dessins, ça ne peut pas faire de mal, et je dispose d'une projectionniste de choc pour faire défiler les images.

Le soir, c'est la soirée grillade du samedi sur la place du village (tous les week-ends en juillet et août, semble-t-il). Conversation passionnante avec un jeune forgeron travaillant au chantier de l'Hermione à Rochefort. Dommage que l'irruption de quelques nazillons locaux, bien que canalisée par les anciens, gâche un peu l'ambiance.

Bah : on a une mauvaise nuit à rattraper, et une balade à deux sur les petites routes avant d'aller se coucher, ça ne fait pas de mal non plus. Bilan globalement positif, comme disait l'autre.

Retour aux archives aujourd'hui, comme prévu. Séance de travail à Vincennes, sur une série (DD2, travaux maritimes) qui s'avère assez décevante, mais il fallait y regarder pour le savoir. On ne peut pas décrocher le gros lot à chaque fois. Demain, Vincennes ou archives nationales, je ne sais pas encore, tout dépendra de mon humeur du moment.

17h, au sortir de la salle de lecture, gros nuages noirs derrière le gothique flamboyant de la chapelle du fort. Retour express à dos de scooter, arrivée synchro avec les premières gouttes. Si c'est pas du grand art, ça !

Le Plume vous salue bien.

4 commentaires:

Lisa a dit…

Comment ça, Varaigne but du voyage??? Et tu n'as pas poussé plus loin (Bergerac?)? Quel dommage...

Le Plume a dit…

Disons que c'est ce colloque qui nous a décidé à aller dans ce coin. Après, on pensait continuer un peu plus loin, mais on a été un peu calmés par la météo!

sel a dit…

Je suis moins forte en art, et la pluie, je me la suis prise;) Je n'en étais pas si mécontente, d'ailleurs, ça faisait du bien. (je dis ça après coup, mais sur le moment, j'ai pesté. en plus, j'étais (je me croyais) pressée).

Aah, le gothique flamboyant...Un de mes styles préférés. ça manque, en Italie!;)

Le Plume a dit…

sel: vu que je termine demain le récit du voyage, tu devrais avoir droit aux photos de Vincennes d'ici peu!