16 octobre 2006

Il y avait plusieurs moutonsse

(Pagnol, Topaze, acte I, scène première).

Le mouton noir de la Civetta a un frère jumeau, paissant tranquilement sur les pentes de notre réfrigérateur. Le voici.


Notre petite ménagerie de cuisine. Fascinant, non ?

Ne m'en demandez pas plus pour ce soir : après une heure passée dans les vapeur de colle cyanoacrylate les fumées de polypropylène fondu, je me sens un cran en dessous du mouton aimanté, question QI.

Demain, c'est promis, je vous expliquerai en détail la composition et le renouvellement du Congrès des États-Unis, en prélude aux élections du 6 novembre. Mais pas ce soir.

Le Plume vous salue bien.

3 commentaires:

civetta a dit…

mais euh... ça fait longtemps que vous l'avez adopté??..'l'y était la dernière fois que je suis venue?

MeryllB a dit…

T'as des aimants qui depotent leur cousin dis-moi, on sent l'homme de gout ami des betes.
Le gros dragon, la, y bouffe quoi?

Le Plume a dit…

civ: ça fait quelques temps qu'il est là, probable qu'il ait été dans le coins quand tu es passée mais je ne suis pas sûr.

meryll: l'homme de goût n'est pas le seul concerné, en fait. Généralement, ce sont des souvenirs de musées, que l'on ramène - là, il y a le Guimet, un des Guggenheim et en haut, euh, je ne sais plus, faudra que je redemande à la dame.