08 octobre 2006

L'orée du bois

Retour à Vincennes cet après-midi, mais pas pour déchiffrer de vieux registres : pour pédaler en rond, ou plus précisément en triangle. Pour se dépenser, un petit circuit rien que pour les vélos, finalement, c'est mieux que de rester avec le nez dans les pots d'échappement. Évidemment, il y a bien quelques ennemis héréditaires (les rollers) qui jouent les chicanes mobiles avec un sans-gêne imperturbable, mais ça fait du bien. En plus, le donjon de Charles V en ligne de mire dans la descente, on fait pire.

Au retour, l'ancien octroi du cours de Vincennes est toujours aussi décalé dans le paysage.


Place des Antilles vers 17h15 ce soir.

Ensuite, comme il commence à faire frais, je me suis lancé dans une recette tirée de mon fidèle 50 Great Curries of India que je n'avais pas encore testée. Il faut dire qu'on a décidé de les faire tous dans l'ordre, les cinquante currys en question. Cette semaine, c'était le tour de « Bhuna Gosht, Lamb with Stir Fried Spices (Delhi) », une recette épicée et franchement pas mauvaise.

Et si ça ne suffit pas à se réchauffer : un des coins les plus chauds du globe dans l'entrée carto dominicale : le désert des Danakils, entre Ethiopie, Erythrée et Djibouti.

Le Plume vous salue bien.

2 commentaires:

Meryllb a dit…

Ces salauds de pietons, je les maudits quand je suis en bagnole. Ces connards de cyclistes, je les maudis quand je suis a pieds (surtout a berlin, ou ces salopards essayent de depasser mach 1 sur les pistes cyclables). Ces fils de p* d'usagers du roller, ils meritent le decollement au couteau a beurre pour toutes les fois ou je me suis fait tailler un short.
Tout ca pour dire : on est toujours la chicane mobile de quelqu'un.

Le Plume a dit…

ah ouais mais à vélo je conchie aussi plein de piétons. Surtout qu'à Paris, ça ne se fait visiblement plus de regarder avant de traverser la chaussée. Bien faillit exploser une cruche rue Beaubourg ce matin, qui traversait comme une poule en brousse. Grr.