11 octobre 2006

Roche verte et camions rouges

Loin du monde des villes, lors de notre escapade de juillet dernier, promenade dans un système à part : les landes à serpentine de Saint-Laurent. Roche métamorphique vert pâle très riche en magnésium, la serpentine engendre un sol particulièrement pauvre, couvert d'herbes peu exigeantes, d'ajoncs et d'arbrisseaux - pas très différentes des landes bretonnes, finalement, bien que la chimie en soit dimétralement opposée.

Courte promenade sous le soleil qui monte. Pas de voitures, pas d'autres promeneurs - les echos lointains d'une dispute dans une ferme voisine, et c'est tout.


Le bourg de La Roche-l'Abeille vu des landes de Saint-Laurent, juillet 2006.

Contraste : ce soir sur CNN, peur sur la ville : collision d'un avion avec un immeuble à Manhattan, sur les bords de l'East River. Pendant que sur la télévision française l'équipe nationnale triomphe de quelques pêcheurs de harengs, New York retrouve ses cauchemars. Les sirènes, les hélicoptères...

Un accident, finalement. Un joueur de baseball des Yankees, dont l'avion était devenu ingouvernable, n'a semble-t-il pu éviter le choc. Mais on mesure à quel point le traumatisme est encore présent.

Le Plume vous salue bien.

1 commentaire:

MeryllB a dit…

La vache, quand j'ai lu ton histoire d'avion ca m'a fait froid dans le dos.
Hier, je sais plus a quel heure, on a eu une annonce de la gestion du building (les memes qui causent dans le micro pour t'expliquer que comme aujourd'hui y a du vent, t'as qu'a descendre a pied pask'ils te sucrent l'ascensceur) pour nous dire de bien surveiller si y avait pas des zetrangers suspicieux sur nos lieux de travail.
Je me demande si c'etait pas a cause de ce fameux joueur des yankees qui a plante son coucou dans un immeuble de Manhattan, justement (quelle mort atroce quand on y pense).
Comme quoi, le butterfly effect, c'est pas que du vent.