20 octobre 2006

Un sacré chantier

Je crois avoir battu mon record en ce qui concerne une de mes activités habituelles : me mettre complètement à la bourre pour préparer un truc. En essayant de m'en sortir quand même. Là, à 13h, je n'avais pas commencé réellement à préparer l'exposé que je devais donner à 17h.

Je ne devrais pas avouer une chose pareille, vu que certains de mes petits camarades de séminaire ont découvert ce blog, ou du moins sa rubrique historique. Et je ne leur conseille pas d'en faire autant, bien entendu. Mais bon, reste que si j'avais commencé à construire la chose dans ma tête, il me restait à préparer une jolie présentation PowerPoint et à avoir quelques idées de ce que j'allais dire en la faisant défiler... Le titre de l'exposé : Une usine en chantier. Tu parles d'un chantier !


Chantier de fouille à l'abbaye du Relecq (29) - rien à voir, mais bon, vu qu'on parlait de chantier...

Ça c'est plutôt bien passé ; la discussion qui a suivi était sympa et instructive ; j'ai eu quelques questions auxquelles je savais répondre et d'autres, non - ce qui est signe que les gens s'intéressent, il me semble. Et du coup ça fait avancer les choses. Bon, il y a des trucs dans ma présentation que j'aurais aimé avoir élaboré un peu plus, mais bon, Ende gut, alles gut, comme ils disent. J'ai fait un petit résumé pour la rubrique historique.

Par contre, maintenant je suis vanné.

Le Plume vous salue bien.

4 commentaires:

Madame Plume a dit…

Alors... j'ai mis un commentaire sur l'entrée d'hier, qui concerne celle sur le mouton du 16 octobre. Ceux qui en concluraient que je suis longue à la détente auraient... raison! :-)
PS: Très zôli le Relecq.

heure-bleue a dit…

C'est fort beau l'Abbaye du relec.
Comment arriver sur un blog lorsqu'on ne laisse pas son ordinateur ouvert, c'est comme ça que mon fils a compris que j'avais un blog, et maintenant, je me surveille, il le lit, le chameau...

Le Plume a dit…

m'dame: meuh non, meuh non...

heure-bleue: on a découvert ça l'été dernier, chouette coin. Concernant mon blog: si, pour le moment, je n'y affiche pas mon nom, je ne cherche pas non plus particulièrement à le chacher. Ceci dit, c'est la première fois qu'on me présente l'impression d'une entrée en me demandant si ce n'était pas moi, par hasard, qui avais écrit ça. Sympa, d'ailleurs!

MeryllB a dit…

Va falloir que tu m'otes de tes liens.
Ton image de marque risque d'en prendre un vieux coup dans l'aile si tes camarades de promo s'imagine qu'ils trouveront davantage de merveilles historiques en suivant tes cyberfrequentations.