02 mai 2008

Retour à Rennes

Mes plans de voyage impliquaient une rupture de charge à Rennes : c'est là que j'avais réservé une voiture. Comme la voiture n'était pas tout à fait prête à mon arrivée, j'en ai profité pour aller faire un petit tour dans une ville où j'ai habité, il y a pratiquement une éternité.


Renne : La Poterie, terminus du métro.

Inutile de dire que depuis, il y a eu du neuf. D'abord, il a poussé un métro - que j'ai essayé, aller-et-retour entre la gare et le terminus Sud, histoire de voir ce que ça donne. Et puis la vaste lacune qui subsistait au Nord de la gare, où ne trônait guère que l'immeuble de la sécu au milieu d'un immense parking, est en train de revivre. Les travaux sont en cours ; j'y ai pris des photos, évidemment.

La voiture récupérée, je suis allé me promener dans le quartier Sainte-Thérèse, où nous habitions. Là, pour le coup, il n'y a pas beaucoup de neuf. Quelques ravalements de façade, peut-être ? Et encore... Par contre, j'ai eu un mal fou à m'y retrouver ; un peu normal, je ne conduisais pas à l'époque.

Puis, fait la route, sous un ciel gris pas vraiment menaçant mais laissant passer une lumière diffuse assez peu au goût de mes prunelles myopes, même avec des lunettes de soleil. Et retrouvé au bout du compte les départementales que je connais par cœur, et la route de Nantouar qui serpente entre les talus, et l'entrée de la maison, et la maison... Ça faisait, trop, trop longtemps.

Le Plume vous salue bien.

2 commentaires:

N. Holzschuch a dit…

J'en profite pour signaler que Bigot de Préameneu est l'un des trois rédacteurs du Code Civil, le premier du nom.

Le Plume a dit…

ouaip, et la rue du même nom est toujours là, et la rue des ormeaux aussi d'ailleurs. Même si je ne crois pas que le code civil ait été rédigé par des ormeaux, que ce soit la variété à feuilles ou la variété à coquille.