15 mars 2006

De la superposition des ordres et des moulages dentaires

Je ne m'en suis pas vanté hier soir, mais j'en ai réussie une bien bonne. J'avais hier matin fait quelques modifications sur le réseau d'un de nos sites distants et je m'étais rendu compte après coup que j'avais oublié de faire la mise à jour système du routeur de site. Bah, qu'à celà ne tienne me dis-je : je la ferais de mon bureau, tranquile peinard . Le seul truc quand on fait se genre de manipulations à distance, c'est qu'à un moment, il faut redémarrer l'équipement et là, il n'est plus joignable tant qu'il n'a pas redémarré normalement.

Évidemment, pour ne pas gêner les utilisateurs, j'ai fait la manip' vers 19h30. J'ai chargé la nouvelle version du système, modifié quelques petits trucs pour être sûr que la nouvelle version soit prise en compte, et redémarré le bousin. Et évidemment, il n'a pas redémarré :

J'ai attendu attendu
mais elle n'est j'amais venue
zaï zaï zaï zaï (etc.)

Et voilà la raison pour laquelle je me suis retrouvé du côté de Saint-Sulpice ce matin, à l'heure (pour moi) très matinale de neuf heures moins dix.


l'église Saint-Sulpice en trois-quarts dos, Paris 6ème, ce matin, 10h45.

La solution du problème m'a pris pas mal de temps et de tentatives infructueuses qui n'ont pas dû me valoir l'amour des utilisateurs locaux (« Oh ! Ça remarche, vite je peux commencer mes saisies... Aaaaah ! C'est de nouveau cassé ! »). Comme c'est souvent le cas, le problème était à la fois très simple et passablement inexplicable. Une heure et demie de jurons avant d'en voir le bout, tout de même.

En cherchant la sortie, je tombe sur une fort jolie salle des thèses, respirant les années 20, avec sur la table du jury des cas pratiques propres à la spécialité du lieu : des moulages dentaires. Normal, il s'agit de l'institut d'odontologie. Je presse le pas.

En détachant le scooter, coup d'œil sur l'église : je ne suis pas un fan de ce genre d'édifices, avec la superposition un peu forcée des ordres (on voit très bien le dorique et le ionique sur la photo ; les laborieux pilastres corinthiens de la tour semblent être partis faire un tour) mais sous cet angle là, elle a un certain charme.

Clin d'œil d'histoire des techniques : regardez au dessus des chapiteaux doriques la ligne plus claire qui passe au centre des colonnes : c'est une saignée, comblée au plâtre, dans laquelle vous trouverez de solides barres de fer forgé liées les unes aux autres. Sans armature métallique, tout l'édifice se casserait la figure, faute de contrepoids pour empêcher les murs de s'écarter. Nouveau jeu : quand vous voyez des bâtiments néo-classiques, tâchez de repérer où est la ferraille : il y en a partout mais, contrairement à ce qui se fait dans le monde méditerranéen, elle est cachée au regard. Ne me demandez pas pourquoi.

Le Plume vous salue bien.

3 commentaires:

Madame Plume a dit…

Elle m'a dit d'aller siffler
Là-haut sur la colline...
Zai, zai... ;-)

sel a dit…

et oui, "évidemment, ça n'a pas redémarré". Décidemment, j'adore la technique.

Le Plume a dit…

bah oui, en fait il y a une variable cahcée dans un coin qui lui dit s'il doit relancer automatiquement son système au démarrage. Pour une raison incompréhensible (c'est pas moi m'sieur l'juge) cette variable s'était remise à zéro. Du coup, au redémarrage, il attendait sagement qu'on lui donne des instructions. Qu'on ne pouvait donner qu'en étant sur place puisque tant que le système n'avait pas démarré le routeur n'était pas joignable par le réseau...