06 mars 2006

Senzo unico

Allez, une petite piqûre de rappel d'Italie, par les temps qui courent, ça ne peut pas faire de mal.


Saluzzo, province de Cuneo, 5 juillet 2005.

Le petit bout de plaque de rue, les ombres portées et une habile consultation de mappy m'indiquent qu'il s'agit de la via vacca, au coin de la via Palazzo di Città. Cependant, nombre d'indices permettent de confirmer que c'est bien d'Italie qu'il s'agit :

  • les extensions probablement illégales et sans doute périlleuses des immeubles, dont les façades donnent me semble-t-il sur le monumental corso d'Italia ;
  • de légères différence dans les panneaux de signalisation : la barre du sens interdit est plus large, tandis que la flèche du sens unique est, elle, plus svelte ; de plus, le panneau de stationnement interdit est orné d'une touche de blanc qu'on ne trouverait pas chez nous ;
  • et bien sûr, sous ce panneau est stationné un camion qui bloque les trois quarts de la rue !

Bon. Sinon, n'oubliez pas : Domani, è lo sciopero.

Le Plume vous salue bien.

P.S. : vu à l'instant la fin de Goodbye Lénine. Autre monde. Beau.

6 commentaires:

leB a dit…

oh mais le camion est garé à l'ombre... en Italie c'est permis!?

sel a dit…

demain encore, sciopero?!? Mais déjà aujourd'hui!
Ah, Good bye Lenine, j'ai beaucoup aimé!

Le Plume a dit…

sel: Oggi erà solo lo sciopero degli studenti. Domani è lo sciopero generale!

leb: permis? C'est quoi?

civetta a dit…

jour de chopère général.. si sta a casa! Pour la photo, pas de doute on est bien en Italie... chez mon meilleur ami Jeff! (enfin, ds la ville de sa famille)

civetta a dit…

ps: au fait, j'ai éclairci l'histoire de la "grève gratos" au Mirail: c'est un acquis le mai 68 specifique de cette fac... No comment. La grève avec privilège de bourgeois gauchiste, fallait l'inventer, celle-là!!!

Le Plume a dit…

civetta, jolie ville - je n'y ai fait qu'un bref arrêt sur la route de Pise, mais un arrêt fort agréable.

Saluzzo est sur une colline dominant la plaine du Po, à mi-chemin entre Pinerolo et Cuneo - pas bien loin de Carmagnola, d'ailleurs, si on regarde bien. Si j'en crois ma carte, j'ai dû traverser le Po entre Cavour et Saluzzo, mais j'avoue ne pas y avoir fait attention. Il est vrai qu'à cette endroit, le Po n'est guère plus large que les canaux de drainage et d'irrigation qui quadrillent la campagne.