02 mars 2006

Et pendant ce temps...

Ça faisait un moment que je n'avais pas regardé les nouvelles d'Afrique du Sud ; les élections municipales qui avaient lieu hier étaient donc une occasion de me remettre au courant. Élection qui se sont déroulées paisblement, semble-t-il, et qui sont plutôt un succès pour l'ANC qui a progressé depuis les élections précédentes, notamment dans le Western Cape, la province où elle était historiquement le plus faible. Il est vrai que le sabordage de l'ancien parti national, qui bénéficiait traditionellement de la méfiance des Cape Coloured à l'égard de l'ANC, et la marginalisation du Pan-African Congress, lui simplifient les choses.


Swellendam, troisième ville d'Afrique du Sud par sa date de fondation, et l'une des municipalités gagnées par l'ANC aux élections d'hier.

Tout n'est pas rose pour autant pour l'ancien parti de Mandela : accusations de corruption (de la part de Thales, un marchand d'arme bien de chez nous) contre le vice-président Jacob Zuma, qui est également en procès pour viol - il y a des gens qui ont tous les talents. Et puis, la grogne monte dans certains des townships les plus pauvres. Comme à Khayelitsha, au Cap, où la dysenterie est devenue la première cause de mortalité inantile. Ou Khutsong, dans la région de Johanesburg, que le gouvernement souhaite rattacher à la province rurale du Nord-ouest, ce qui rappele singulièrement aux habitants l'époque des Bantoustans... Et du coup, le parti communiste et la puissante confédération syndicale COSATU font planer la menace de création d'une opposition de gauche à l'ANC. Mais d'un autre côté, la fidélité au parti du struggle est très forte... Pas simple, la politique, dans ce pays, pas plus que tout le reste.

Le Plume vous salue bien.

4 commentaires:

civetta a dit…

lis Africa Trek, on comprend plein de choses sur l'Afrique, là-dedans, mine de rien... Et apres, quand on va voir The Constant gardener, c'est encore mieux (ou pire??..)

Le Plume a dit…

Hmmm.. Vouloir "comprendre l'Afrique" comme si c'était un tout est, à mon humble avis, la meilleure manière de ne rien comprendre du tout. Pour ne prendre que deux exemples que je connais, pas grand chose en commun économiquement, politiquement et culturellement entre le Mali et l'Afrique du Sud.

Quant à The Constant Gardener... Sans doute un très bon film, basé sur un thriller de John le Carré, qui s'y connais en thrillers... Mais ça reste une œuvre de fiction. Ce n'est jamais ce qu'on fait de mieux, comme source, une fiction.

Désolé si ma réaction n'est pas très enthousiaste : les généralités sur l'Afrique, fussent-elles basées sur de bon sentiments, ont fait beaucoup plus de mal que de bien - et du coup je m'en méfie comme la peste.

civetta a dit…

euh fiction, si tu veux.. mais quand tu y retrouves des trucs du "vécu" d'Africa Trek, tu te dis que la realité depasse la fiction... j'ai aimé Africa Trek justement parce que c'ets un bouquin qui fait comprendre la complexité de l'Afrique, donc pour la comprendre mieux. Rien à voir avec un "tout", justement: il y a dedans toute la variété ultra complexe de ce continent, et justement sans en faire un tout uniforme. Et c'est du vécu, tous les soirs ils dormaient chez les gens, et chaque soir une Afrique différente, à la fois terrible et fascinante.

Le Plume a dit…

désolé, j'étais un peu grognon, ma comm' à finir, tout ça, tout ça...

Tous les moyens sont bon en effet pour dissiper les clichés que les gens ont dans leur tête à propos de l'Afrique.

D'ailleurs, dans le style Travel Writing je conseille l'excellent Congo Journey de Redmond O'Hanlon (pas très bien traduit en Français sous le titre ridicule O'Hanlon Au Congo). Et un classique : Jacques Weuleresse, Noirs et Blancs : À travers l'Afrique nouvelle, de Dakar au Cap.